Capture d’écran 2014-09-28 à 18.02.44

Les dispositifs d’affichage 3D et, plus largement, les interfaces homme-machine 3D pour la visualisation de données scientifiques et la fouille visuelle de données (« visual analytics ») bénéficient de récents progrès technologiques, les rendant réellement accessibles. Ils ouvrent de nouvelles perspectives pour la représentation visuelle et l’exploration interactive des données et – c’est le principal objectif – la compréhension de la structure dans les données. On espère que la 3D servira en particulier les situations difficiles : très grands volumes de données ou structure complexe des données Notre laboratoire étudie plus particulièrement l’analyse des réseaux sociaux au moyen de leur visualisation et, d’autre part, l’apport de la 3D stéréoscopique dans ce mécanisme exploratoire (egc2012_atelier_fvd-2) ou, plus complètement, la thèse de N.Greffard.

Néanmoins, un important travail reste à réaliser quant à la définition des conditions optimales à l’utilisation de la 3D. Dans ce contexte, les résultats expérimentaux à ce jour dans la communauté de recherche n’aboutissent pas encore à des conclusions très claires sur les bénéfices de ces méthodes 3D, encore assez peu répandues en pratique.

Nous co-organisons un atelier scientifique, périphérique au congrès international IEEE VIS 2014 (sur la visualisation de données) pour organiser un débat entre 2D et 3D, pour faire un point sur l’état des choses et les perspectives.

URL du workshop : https://sites.google.com/site/3dvisieeevis2014/
Contact au LINA sur le sujet : pascale.kuntz (@univ-nantes.fr)

Comments are closed.

Post Navigation